RadioHaiti.org

A single source to listen Online all Haitian Radio Stations

Le président Jovenel Moïse s’est adressé à la 75e Assemblée générale virtuelle de l’ONU

À la tribune virtuelle de l’ONU pour cette 75e Assemblée générale, le président de la République a appelé les bailleurs de fonds internationaux à laisser à Haïti choisir ses priorités dans la réalisation des projets qu’ils financent. Jovenel Moïse a reconnu ses responsabilités dans l’établissement d’un climat de paix favorable au développement. Comme solution, il a promis l’organisation d’élections crédibles et démocratiques dans le pays sans donner de dates…

Si en 2019 à cause des troubles sociaux et des mouvements de protestation qui secouaient le pays le président de la République n’a pas pu se rendre à New York pour participer à la 74e Assemblée générale de l’ONU, cette année c’est la pandémie de Covid-19 qui empêche Jovenel Moïse et les chefs d’Etat du monde entier d’assister en présentiel à la 75e Assemblée générale des Nations unies. Cependant, à travers des vidéos préenregistrées, l’ONU a quand même réalisé son Assemblée générale.

Une occasion pour le chef de l’Etat haïtien de demander aux bailleurs de fonds de laisser à son pays choisir ses priorités. « Nous voulons des projets qui s’adaptent à nos besoins, qui répondent à nos priorités et qui nous permettent de mettre en œuvre un développement économique axé sur l’humain, sur la production nationale, sur le renforcement des capacités de nos institutions. Nous voulons des projets qui ont un impact positif sur la pauvreté, qui intègrent les enjeux sociaux et environnementaux du pays », a discouru Jovenel Moïse.

Jovenel Moïse a souligné qu’un fort pourcentage de la population mondiale souffre de la pauvreté et de la faim. Le chef de l’Etat haïtien estime que pour renverser la tendance il faut une vaste mobilisation de ressources financières. « Haïti a eu plusieurs milliards de dollars d’aide de la communauté internationale pendant ces dix dernières années. Les conditions des vie des Haïtiens ne se sont pourtant pas améliorées », a-t-il critiqué.

« Les milliards de dollars dépensés n’ont souvent pas tenu compte de nos priorités, de nos besoins ni même de notre stratégie de lutte contre la pauvreté. Dans une perspective de développement durable, nous appelons les bailleurs de fonds de tous les pays amis à produire une analyse critique de l’aide internationale à Haïti afin d’évaluer son efficacité », a avancé le président Jovenel Moïse.

Selon le président Moïse, certains bailleurs commencent à comprendre la nécessité de s’aligner sur la volonté du gouvernement de la République d’Haïti en ce qui concerne le choix de ses priorités.

À dix ans de la date butoir des réalisations des Objectifs de développement durable, Jovenel Moïse a fait remarquer qu’en Haïti les besoins d’urgence et de développement à long terme sont immenses « et exige un investissement cohérent dans plusieurs domaines. Dans l’état actuel de mon pays, la poursuite des Objectifs de développement durable constitue un défi majeur ».

Le chef de l’État haïtien appelle à des investissements dans les infrastructures routières, agricoles, électriques, numériques, portuaire, aéroportuaire, dans l’éducation, la couverture sanitaire, les logements sociaux, la mobilisation des investissements directs étrangers, la reforestation, entre autres.

À la tribune virtuelle de l’ONU, Jovenel Moïse a affirmé qu’il a pleinement conscience de ses responsabilités à veiller à l’établissement des conditions essentielles pour garantir la sécurité, la paix, la stabilité et le développement à terme du pays. « Mon pays, qui se heurte depuis quelques décennies à une crise socioéconomique complexe et à une polarisation excessive et la violence de la classe politique, ne pourrait y faire face seul », a-t-il fait remarquer.

« La République d’Haïti se relèvera, mais avec un appui durable, cohérent, efficace et bien coordonné de la communauté internationale », a affirmé le président Moïse comme un appel à l’aide.

« Aujourd’hui, la République d’Haïti est amputée d’une institution indispensable à la bonne marche de la démocratie, le Parlement. Nous avons mis en place un nouveau Conseil électoral provisoire pour réaliser des élections crédibles, transparentes, inclusives, libres, honnêtes et démocratiques », a-t-il annoncé sans donner de dates alors qu’il fait face à une opposition farouche qui exige sa démission. Le Conseil électoral provisoire qu’il a récemment nommé pour organiser les élections est pour le moins décrié.

Encore une fois et comme chaque année, le président haïtien a plaidé pour la reconnaissance de Taïwan. « Il est temps que le monde reconnaisse le droit à l’existence de cette nation et lui accorde la place qu’il faut dans les instances internationales, particulièrement à l’ONU », a-t-il demandé, tout en remerciant particulièrement Taïwan pour son aide dans la lutte contre la Covid-19 en Haïti.

Le président haïtien estime que pour vaincre la pandémie de coronavirus, le monde a besoin plus que jamais d’un système multilatéral plus solidaire et plus efficace. « Un système qui permettra  aux États membres de l’organisation de développer des stratégies en vue de relever les défis pour atteindre la vision holistique d’un avenir meilleur pour tous », a-t-il soutenu.

Source: https://lenouvelliste.com/article/221327/le-president-jovenel-moise-sest-adresse-a-la-75e-assemblee-generale-virtuelle-de-lonu

Happy

Happy

0

Sad

Sad
0

Excited

Excited
0

Sleppy

Sleppy

0

Angry

Angry
0

Surprise

Surprise
0

Average Rating

5 Star
0%
4 Star
0%
3 Star
0%
2 Star
0%
1 Star
0%

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *