Le RNDDH établit le lien entre le pouvoir et des gangs

Le Réseau national de défense des droits humains (RNDDH) a publié le résultat de son enquête sur les attaques perpétrées fin mai contre des quartiers défavorisés de la région métropolitaine. Dans ce rapport, l’organisme de défense des droits humains décrit, épisode après épisode, la préparation des attaques, le film des événements, et révèle les liens unissants les bandes armées avec le pouvoir en place.

Selon le rapport, au cours du mois de mai 2020 Pont-Rouge, Chancerelles, La Saline, Nan Tokyo ainsi que Fort-Dimanche ont été le théâtre d’événements sanglants dont le bilan humain et matériel est très lourd. « 34 personnes ont été tuées parmi elles trois mineurs et six femmes. Huit autres personnes ont été blessées dont deux mineurs parmi lesquels se retrouve une fillette de trois ans. Quatre-vingt-dix-huit (98) maisons ont été vandalisées et/ou incendiées », peut-on lire dans le rapport.

Le RNDDH souligne que le déroulement de ces raids donne froid dans le dos et révèle l’utilisation de matériel de la PNH dans les attaques. « Des véhicules roulants de l’institution policière dont au moins 5 blindés ont été utilisés pour permettre aux bandits armés de se rendre dans les zones qui devaient être attaquées, des tubes et bonbonnes de gaz lacrymogène ont été lancés en vue de porter la population à s’enfuir et, dans une violence inouïe, des hommes, des femmes de tout âge ont été systématiquement pris pour cibles. Certains ont été abattus alors que d’autres ont été blessés par balle, à l’arme blanche, à coups de pierres et de blocs de ciment par les membres des gangs armés dirigés par Serge Alectis alias Ti Junior, Iscar Andrice, Jimmy Chérizier alias Barbecue, Mathias Saintil et par Micanor Altes connu encore sous le nom de Monel Félix, alias Roi Mikanò », détaille le rapport qui ajoute que pas moins de 98 maisonnettes ont été incendiées à Pont-Rouge, à Fort-Dimanche, Nan Tokyo, et au camp des personnes à capacités réduites situé sur l’ancienne piste de l’aviation.

Selon le Réseau national de défense des droits humains (RNDDH) ces différentes attaques ont été planifiées dans la soirée du 23 mai 2020 au cours d’une rencontre qui s’est tenue à Delmas 6, rue Piton dans le fief de Jimmy Chérizier alias Barbecue. Le rapport indique que 13 chefs de gangs armés, proches du pouvoir en place ont pris part à la rencontre. « Il s’agit de Jimmy Chérizier alias Barbecue ; Iscar Andrice alias Isca, chef du gang armé de Belekou à Cité Soleil ; Serge Alectis alias Ti Junior de Nan Charbon ; Wilson Pierre alias Ti Sonson de la rue St Martin et rue Porcelaine, zone Bel-Air ; Micanor Altes connu encore sous le nom de Monel Félix, alias Roi Mikanò, chef de gang du Wharf de Jérémie ; Jouma Albert alias Zouma de Simon Pelé ; Matias Saintil de Nan Boston à Cité Soleil ; Ezekiel Alexandre de la Base Pilate ; Gros Sony ainsi connu, représentant de Christ-Roi Chéry alias Chrisla chef du gang opérant à Nan Ti Bwa, haut Martissant ; Grégory ainsi connu, chef de Delmas 95 ; Harold ainsi connu, chef de Delmas 95 ; Scott ainsi connu, Cité Okay – Cité Jérémie, chef de Delmas 19 ;Pouchon ainsi connu, Cité Okay – Cité Jérémie chef de Delmas. Cette réunion a été l’occasion pour ces chefs d’organiser le lancement d’attaques simultanées contre Pont-Rouge, Chancerelles et Nan Tokyo », révèle le rapport.

Le rapport a cité les déclarations des responsables de commissariat de la zone qui ont lié la création du groupe G9 et alliés avec ces attaques. « Selon les responsables des commissariats et sous-commissariats avoisinant Pont-Rouge, Chancerelles, La Saline, Nan Tokyo et Fort-Dimanche, les attaques armées perpétrées les 23, 24, 25, 26 et 27 mai 2020 étaient planifiées, en raison notamment de la nouvelle alliance G-9. En effet, tous les gangs armés dont les chefs n’avaient pas accepté de prendre part à cette alliance, s’attendaient à être attaqués », précise le rapport.

Dans la foulée l’organisme de défense des droits humains s’est dit préoccupé par le fait que « les gangs armés protégés par le pouvoir de Jovenel Moïse deviennent de jour en jour plus puissants ». « Ils s’organisent avec la bénédiction des autorités qui leur fournissent des armes et des munitions. Ils bénéficient, pour la plupart, de la protection de l’institution policière. Tel est le cas par exemple de Jimmy Chérizier alias Barbecue, qui est autorisé à utiliser le matériel roulants de la PNH pour peu qu’il affirme vouloir attaquer des quartiers défavorisés abritant des proches de l’opposition politique », peut-on lire dans le rapport.

Le RNDDH s’est dit « particulièrement préoccupé par la mise en place du G-9, avec la complicité et la bénédiction des autorités étatiques et sous le regard passif du Conseil supérieur de la Police nationale (CSPN) ». En ce sens, poursuit le rapport, « le RNDDH craint une recrudescence des attaques armées notamment en raison du fait que le président de la République Jovenel Moïse et son gouvernement veulent à tout prix réaliser les élections dans le pays ».

Le RNDDH a également révélé que de nombreux agents faisant partie d’unités spécialisées de la PNH dont l’Unité de sécurité générale du Palais national (USGPN), l’Unité départementale de maintien d’ordre (UDMO), la Brigade d’opération et d’intervention départementale (BOID) et le Corps d’intervention pour le maintien d’Ordre (CIMO) « ont prêté serment d’allégeance à Jimmy Chérizier alias Barbecue. Ils touchent des sommes exorbitantes pour services rendus ». Plusieurs policiers sont indexés. « Selon des informations recueillies par le RNDDH, de nombreux policiers sont de connivence avec le chef de gang Jimmy Chérizier. En voici quelques-uns : Garry Sanon, 13e promotion. Il était affecté à l’Unité départementale de maintien d’ordre (UDMO) puis, désaffecté après que son nom eut été cité dans le massacre de La Saline. Il fait partie du corps des policiers administratifs à la Petite-Rivière de l’Artibonite. Cependant, il est régulièrement à Port-au-Prince, aux côtés de Jimmy Chérizier alias Barbecue. David Diverant, 24e promotion. Il facilite les déplacements de Jimmy Chérizier alias Barbecue. Il dispose d’un véhicule de la PNH souvent affecté aux zones difficiles d’accès. Son nom était cité dans le massacre de La Saline par des victimes qui ont porté plainte contre lui. David Diverant accompagne souvent Jimmy Chérizier alias Barbecue dans ses nombreuses activités criminelles. Il a été transféré à Pignon, département du Nord. Cependant, il est régulièrement à Port-au-Prince. Luckson Dessources, 24e promotion. Il est affecté à l’Unité de sécurité du Palais national (USGPN). Pour les rencontres avec le chef de gang Jimmy Chérizier alias Barbecue au palais national, c’est Luckson Dessources qui lui sert de chauffeur. Alain Boyard alias Pouchon, AIII, 18ème promotion. Il est affecté à l’Unité départementale de maintien d’ordre (UDMO). Son nom était cité dans l’opération du 13 novembre 2017 à Grand-Ravine. Il assure la sécurité de Jimmy Chérizier alias Barbecue. Mackendy Cantave, AII, 22ème promotion. Il est affecté à l’Unité Départementale de maintien d’ordre (UDMO). Il assure la sécurité de Jimmy Chérizier alias Barbecue ».

Le RDNH a déploré le laxisme de l’Inspection générale de la PNH « qui ferme les yeux sur les nombreuses dérives des policiers qui protègent les gangs armés et entretiennent de bons rapports avec Jimmy Chérizier alias Barbecue ».

En conclusion, « le RNDDH recommande aux autorités concernées de : mettre fin à la protection des gangs armés ; enquêter sur les connivences entre des agents de la PNH et les gangs armés ; Enquêter sur les liens qui existent entre Jimmy Chérizier alias Barbecue et certains policiers faisant partie des unités spécialisées de l’UDMO, de l’USGPN, de CIMO et de BOID ; Enquêter sur les liens qui existent entre Jimmy Chérizier alias Barbecue et certains policiers affectés au sous-commissariat de Delmas 3 ; Assurer la sécurité des personnes vivant dans les quartiers défavorisés ; prendre les sanctions qui s’imposent contre tous agents de la PNH qui protègent Jimmy Chérizier alias Barbecue ».

Source:https://lenouvelliste.com/article/217842/le-rnddh-etablit-le-lien-entre-le-pouvoir-et-des-gangs

Happy

Happy

0

Sad

Sad
0

Excited

Excited
0

Sleppy

Sleppy

0

Angry

Angry
0

Surprise

Surprise
0

Add a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *