By | 4 décembre 2019

Les manifestations anti-gouvernementales en Haïti sont en baisse, les écoles et les entreprises tentant de reprendre leurs activités normalement face à la stagnation politique et à la montée de la violence dans le pays le plus pauvre de l’hémisphère occidental.

Les manifestations ont débuté en septembre contre le président Jovenel Moise sous des accusations de corruption et de mauvaise gestion, paralysant la nation de 11 millions d’habitants.

Les manifestants ont bloqué les routes et le réseau électrique s’est effondré, laissant une grande partie de l’île dans le noir. Les gangs ont profité du chaos pour élargir les territoires dans lesquels ils opèrent.

Les Haïtiens sont fatigués du chaos et l’afflux de manifestations a été réduit à des centaines de personnes sur des dizaines de milliers au plus fort de la crise. L’opposition insiste sur le fait que le gouvernement a perdu le contrôle du pays.

Néanmoins, les tentatives de rétablissement de la normalité ont été provisoires et précaires. — La suite sur breakingnews.fr Source : Reuters

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *