By | 24 janvier 2020

Le collectif des avocats pour la défense des droits de l’homme (CADDHO) annonce qu’il observera un arrêt de travailler en raison de l’insécurité qui prévaut aux alentours du tribunal de première instance de Port-au-Prince.

Selon Arnel Remy, président du collectif, il n’est pas possible que des bandits continuent à défier les autorités judiciaires dans le pays.

Les avocats réunis au sein du CADDHO s’abstiennent de travailler tant que la situation sécuritaire dans les parages du tribunal de première instance de Port-au-Prince, reste incertaine, a indiqué Me. Arnel Remy…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *