Covid-19 : le nombre de personnes en situation d’insécurité alimentaire aiguë en Haïti risque d’augmenter

Haïti se classe sur la courte liste des dix pays ayant fait face aux pires crises alimentaires en 2019 tout en étant parmi les six pays comptant au moins le tiers de leur population en état de crise alimentaire, informe un rapport du Programme alimentaire mondial (PAM) publié en date du 21 avril 2020. Avec ces chiffres préoccupants notés en 2019 et une aggravation de la situation avec la pandémie de coronavirus en 2020, l’agence onusienne estime que le nombre de personnes confrontées à une crise alimentaire doublera si des mesures ne sont pas prises rapidement.

« Environ 3,7 millions d’Haïtiens – 35% de la population analysée – étaient en situation de crise ou pire (niveau 3 ou plus) et avaient besoin d’une assistance urgente au dernier trimestre de 2019, dont plus d’un million en situation d’urgence (niveau 4) », alerte le nouveau Rapport mondial sur les crises alimentaires 2020 du PAM qui, dans ses projections, voit le nombre de personnes souffrant sévèrement de la faim doubler en raison de la pandémie de Covid-19.

En octobre 2019, poursuit le document, 3,2 millions de personnes en Haïti étaient en situation de stress (niveau 2), ce qui représente une augmentation de près de 600 000 personnes dans les zones rurales depuis la même période un an plus tôt, dont une hausse de plus de 100 000 en situation d’urgence (niveau 4).

Géographiquement, la carte de la faim d’Haïti est ainsi répartie pour la période d’octobre 2019 : les zones basses du Nord-Ouest sont restées en situation de crise (niveau 3) et les quartiers très pauvres de Cité Soleil ont été classés en situation d’urgence (niveau 4) ; quatre zones rurales (dans l’Artibonite, les Nippes et la Grand-Anse) comptaient 45 à 50% de leur population en situation de crise ou pire (niveau 3 ou plus).

« La situation était déjà précaire au début de l’année 2019, avec près de 2,26 millions de personnes en situation de crise ou pire (niveau 3 ou plus). Elle s’est détériorée pour atteindre 2,63 millions de personnes pendant la période de soudure [allant] de mars à juin 2019 », indique le rapport avant d’étaler les différents facteurs ayant conduit à cette insécurité alimentaire aiguë en Haïti.

Au rang des chocs économiques, le rapport cite la dépréciation de 35% de la gourde par rapport au dollar américain entre octobre 2018 et 2019, ayant déclenché une hausse de l’inflation de 23% en glissement annuel ; la chute de 78% en 2018 des investissements étrangers directs ; le gel du financement des organisations internationales à cause de l’absence de gouvernement ; un taux de croissance du PIB entre 2018 et 2019 au plus bas depuis 2010, provoquant une augmentation du chômage urbain et les prix des denrées atteignant des niveaux record malgré des importations soutenues au troisième trimestre de 2019.

De plus, les principales zones de production des départements de l’Ouest, du Sud et du Sud-Est ont subi de plein fouet des conditions météorologiques extrêmes, à cause du phénomène El Niño ayant entraîné des déficits pluviométriques et de la sécheresse depuis 2018 jusqu’à la mi-2019, affectant la principale saison agricole pour la deuxième saison consécutive.

« Haïti se distingue comme le pays où l’impact des événements météorologiques et des catastrophes naturelles a eu le plus fort sur la sécurité alimentaire au cours des trois années précédentes. Les déficits pluviométriques induits par El Niño ont contribué à une baisse de 12% de la production céréalière totale en 2019/2020 », souligne le rapport du PAM.

Sans oublier les troubles sociaux qui se sont intensifiés à partir des événements des 6 et 7 juillet 2018 prenant la forme de violentes manifestations anti-gouvernementales et de barrages routiers, bloquant les activités économiques et entraînant des perturbations majeures sur le marché d’approvisionnement local et des moyens de subsistance dans presque toutes les zones urbaines.

Malgré une relative stabilité de la situation sociopolitique depuis le début 2020, la sécurité alimentaire des ménages reste donc fragile, entravée par les prix élevés des denrées alimentaires, le manque d’opportunités d’emploi et les effets résiduels de la crise sociopolitique.

« Si aucune mesure n’était prise pour restaurer la sécurité alimentaire et les moyens de subsistance des populations vulnérables, le nombre de personnes en situation de crise ou pire (niveau 3 ou plus) passerait de 3,7 millions en octobre 2019-février 2020 à 4,1 millions pendant la période de soudure de mars à juin 2020 », met en garde le PAM.

Avec plus de 96% de sa population exposée aux risques naturels, dont environ 25% vit sous le seuil de pauvreté international, Haïti compte parmi les pays où un choc supplémentaire, tel le Covid-19, pourrait être fatal et pour lesquels le PAM plaide pour le maintien des programmes d’aide alimentaire.

Dans le pire des cas, estime le directeur exécutif du PAM, David Beasley, la famine pourrait sévir dans une trentaine de pays. Dans 10 de ces pays, il y a déjà plus d’un million de personnes dont chacun d’entre eux est au bord de la famine.

Pour le PAM, les moteurs des crises alimentaires, ainsi que le manque d’accès à une alimentation diversifiée, à l’eau potable, à l’assainissement et aux soins de santé continueront à créer des niveaux élevés de malnutrition infantile.

« En 2019, environ 65 500 enfants de moins de 5 ans dans les zones touchées par la sécheresse souffraient de malnutrition aiguë et avaient besoin d’interventions nutritionnelles. Seulement 1 enfant sur 10 a consommé le régime alimentaire minimum acceptable nécessaire à la croissance et au développement, et 1 sur 4 avait une diversité alimentaire minimum acceptable (MSPP, juillet 2018). L’anémie a touché 66,3% des enfants âgés de 6 à 59 mois, ce qui indique une inquiétude modérée, tandis que près de la moitié (49,0%) des femmes en âge de procréer étaient anémiques, classées comme élevées (MSPP, juillet 2018).»

Source :https://lenouvelliste.com/article/215246/covid-19-le-nombre-de-personnes-en-situation-dinsecurite-alimentaire-aigue-en-haiti-risque-daugmenter

Happy

Happy

0

Sad

Sad
0

Excited

Excited
0

Sleppy

Sleppy

0

Angry

Angry
0

Surprise

Surprise
0

Add a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *