Le coronavirus ne doit pas nous faire oublier nos urgences

Depuis tantôt deux mois, Haïti stationne sur mode coronavirus. C’est normal vu les dégâts causés par la pandémie dans des pays riches. Haïti, avec un système de santé en lambeaux, ne pouvait se permettre de se croiser les bras face à la Covid-19. Même le faire-semblant de lutter était nécessaire. Ce n’est pas pour autant une raison d’oublier nos urgences d’avant Covid-19. Les pluies diluviennes qui se sont abattues sur Port-au-Prince et ses environs ces derniers jours nous montrent qu’il y a urgence dans l’urgence.

Ceux qui ont fréquenté le centre-ville de Port-au-Prince ce mercredi ont eu la surprise de découvrir des rues complètement obstruées par les alluvions traînées par les eaux. Sur les réseaux sociaux, on a constaté le calvaire des usagers de la route nationale # 2 dans la zone de Martissant. Dans une vidéo circulant sur internet, on voit des gens se frayer un chemin à l’intérieur du sous-commissariat de Martissant pour éviter la boue et les marécages produits par les pluies de mardi soir. D’autres images montrent des citoyens agrippés à un pan de mur pour tenter de se frayer un chemin dans les flaques d’eau boueuse.

Dire que ces problèmes ne sont pas nouveaux, c’est une évidence. Il faut aussi admettre que les différents gouvernements qui se sont succédé depuis le départ des Duvalier ne se sont jamais penchés sur les causes de la dégradation de notre environnement. Au vu et au su de tous, les marginaux comme les riches construisent anarchiquement sur le morne L’Hôpital. La situation devient aujourd’hui hors de contrôle. C’est le même constat pour le littoral. Personne ne pouvait espérer mieux quand on sait que l’État à cédé ces zones aux gangs armés. Voilà pourquoi les usagers de la route nationale  # 2 sont aujourd’hui pris entre deux maux : les gangs armés qui font la loi à Martissant et ses environs et une route impraticable à chaque tombée de la pluie.

Le régime PHTK a déjà huit ans au pouvoir et le coronavirus est présent en Haïti, depuis moins de deux mois. La lutte contre la pandémie ne peut pas être une excuse à la situation apocalyptique de Martissant et d’autres quartiers populaires du pays. La lutte contre le coronavirus ne doit pas faire oublier à nos dirigeants qu’ils sont payés pour travailler à l’amélioration des conditions de vie de la population. Cela inclut la protection de l’environnement et le contrôle des gangs armés sous contrôle.

Considérant la menace que représente la Covid-19, il est normal que les autorités se mobilisent pour y faire face. Cependant, d’autres problèmes, à l’instar du coronavirus, méritent de l’attention. Le désastre environnemental et le banditisme ne peuvent plus attendre. Ils sont aussi mortels que le coronavirus.

Source : https://lenouvelliste.com/article/216102/le-coronavirus-ne-doit-pas-nous-faire-oublier-nos-urgences

Happy

Happy

0

Sad

Sad
0

Excited

Excited
0

Sleppy

Sleppy

0

Angry

Angry
0

Surprise

Surprise
0

Add a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *