By | 8 novembre 2019

Le parti politique NOULAH reste attaché à la proposition de l’alternative consensuelle pour la refondation de la nation ; proposition selon laquelle un juge de la cour de cassation devrait assurer la transition après Jovenel Moise.

Gérald Gilles, secrétaire général de cette structure, n’écarte pas la possibilité de dialoguer avec les autres acteurs de l’opposition en vue de la résolution de la crise qui prévaut dans le pays. Cependant, l’ancien sénateur de la Grand-Anse rejette toute idée de négocier avec l’équipe au pouvoir.

Le parti NOULAH dénonce les manœuvres de certains secteurs qui, dit-il, jouent le tout pour le tout pour accaparer la lutte populaire. Les responsables de cette structure pointent du doigt les partis et organisations membres des regroupements « Mache kontre » et « Passerelle ». Ils critiquent ces acteurs qui ne s’étaient pas impliqués à fond dans cette bataille visant le départ de Jovenel Moise.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *